• Sr Mélanie Adriaensen (Marie du Saint-Cordon) dans sa classe de science. St. Agatha High School, Maine, 1935.

  • Les FDLS inaugure le cours commercial en 1910. Sr Jeanne-Marthe Merson (Ernest de Jésus) y enseigne de 1910 à 1926. St. Agatha High School, Maine.

  • Le couvent Notre-Dame-de-la-Sagesse. À gauche, l’aile qui abrite les classes du St. Agatha High School. Maine, 1912.

St. Agatha High School

THÉMATIQUE
Éducation

MILIEU D’APOSTOLAT
École secondaire

ENGAGEMENT
1904 – 1949

LIEU
ÉTATS-UNIS  |  Maine  |  St. Agatha

  Voir sur une carte

HISTORIQUE DE L’ENGAGEMENT

Le nord-est de l’État du Maine, près de sa frontière avec le Nouveau-Brunswick, compte de nombreuses petites localités à majorité francophone et catholique. St. Agatha, située sur la rive du Long Lake, est l’une d’entre elles. Au tournant du 20e siècle, le curé Henri Gory prend les commandes de cette paroisse de 1400 personnes. Familier avec le travail des Filles de la Sagesse (FDLS) en Europe, il n’hésite pas à les demander pour veiller sur l’éducation et la santé des habitants de St. Agatha.

À cette époque, les lois de sécularisation adoptées en France obligent les congrégations religieuses à renoncer à l’enseignement. Compte tenu de ce contexte défavorable, les FDLS voient d’un bon œil l’expansion de leurs engagements vers les États-Unis. Elles acceptent la proposition du père Gory et envoient quatre religieuses pour commencer une œuvre multiforme à St. Agatha. Lors de leur arrivée en octobre 1904, les fondatrices sont accueillies par la population locale au son des cloches paroissiales. Elles n’ont toutefois ni couvent, ni école, ni hôpital. Il faudra un peu plus d’un an avant qu’une bâtisse construite aux frais de la congrégation puisse servir de résidence pour les sœurs et de maison pour les œuvres. Entre temps, la petite communauté loge au cœur du village. Les religieuses supervisent le chantier du couvent, visitent les malades et donnent des leçons de catéchisme.

En janvier 1906, les FDLS inaugurent simultanément plusieurs œuvres dans les murs du nouveau couvent Notre-Dame-de-la-Sagesse : un hôpital-hospice, un pensionnat, des classes élémentaires publiques, de même qu’une école secondaire publique. Sr Laurence Roy (Marie-Eugénie de la Croix) s’amène à St. Agatha pour prendre en main la destinée de la « haute école » ou High School. Elle reste à la tête de l’établissement pendant 30 ans. Parmi les autres ouvrières de la première heure, Sr Mélanie Adriaensen (Marie du Saint-Cordon) s’occupe des classes de mathématique et de science alors que Sr Mary Angela de Barry (Marie-Agnès de la Sagesse) enseigne l’anglais et les arts plastiques. Toutes deux consacrent aussi plus de 30 ans de leur vie à l’éducation des jeunes de St. Agatha. Avec son cours classique et l’ajout d’un cours commercial complet, le High School des FDLS rencontre les plus hauts standards de l’État et devient une école de « grade A » qui accueille aussi bien les pensionnaires du couvent que des élèves externes. Les FDLS ont laissé peu d’indices sur la langue d’enseignement au cours de leurs premières années au Maine. À partir de 1919, toutefois, malgré une forte présence d’élèves francophones, l’État rend l’enseignement en anglais obligatoire pour tous.

Pendant la crise économique des années 1930, les religieuses de St. Agatha consentent à de gros sacrifices pour maintenir l’école ouverte. Aux prises avec des récoltes de pommes de terre qui ne trouvent pas preneurs, bon nombre de familles s’avèrent incapables de payer leurs taxes scolaires. À son tour, la municipalité peine à verser le salaire des enseignants et enseignantes. Les FDLS acceptent donc d’instruire les enfants à crédit pendant plusieurs années. Il faut attendre l’après-guerre pour voir la population – y compris les religieuses – renouer avec la prospérité. À la toute fin de 1949, les œuvres de St. Agatha passent aux mains de la nouvelle province FDLS des États-Unis.

GALERIE MÉDIA